Abus chez les aînés

Partagez

Pas besoin de voleurs de grands chemins pour détrousser à petit feu des aînés vulnérables. Il suffit d’un commis au comptoir de la banque ou d’une caisse qui a besoin d’atteindre ses cibles de vente de fin de trimestre pour causer un tort incroyable.

Un lecteur, Alain R. m’a fait part de la situation récemment vécue par ses vieux parents âgés de plus de 90 ans. Comme ils viennent de vendre leur maison pour aller en résidence, ils se sont déplacés à la banque pour investir la valeur obtenue. Une chance qu’Alain les accompagnât, il a pu bloquer les plans du conseiller. Ce dernier souhaitait placer l’argent dans un produit ayant une échéance de 10 ans. Non, mais pensez-y un placement de 10 ans pour des nonagénaires !  

Alain a demandé à l’employé et si ma mère a besoin urgent de son capital? « Pas de problème, on va lui en prêter… » En lui chargeant le double des intérêts qu’on lui verse, sans doute!

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *