Une banque de rêve

Partagez

L’essai « Petits secrets et gros mensonges de votre banquier » se conclu avec l’apport de quelques personnalités et influenceurs du milieu qui ont décrit leur institution financière de rêve.

Source: Compte Facebook de Tomislav Zvonaric – tomajestic.artstation.com/

Et voici  maintenant ce qu’en pensent nos abonnés et contacts des réseaux sociaux;

Je dois vous avouer que parmi mon flot de réponses obtenues via Twitter, Linkedin ou Facebook, il y avait un peu de cabotinage.

Certaines suggestions étaient farfelues, mais très amusantes comme celle Christos K : « L’institution de mes rêves offrirait une bouteille de champagne chaque fois que le solde d’un prêt sera remboursé en entier. »

Avec le taux d’endettement des ménages canadiens, la banque qui lancera cette promo ne se ruinera pas de sitôt.

  1. Éric B. souhaite que les banques fassent sauter les tarifs à forfait et ne charge qu’un petit 10 cents par transaction. Des heures d’ouverture étendues seraient les bienvenues. Aussi, sa banque de rêve offrirait des formations sur l’investissement et la fiscalité.
  2. Gilles D. veut une institution plus transparente sur ses agissements et son administration.
  3. Jean-Luc B. désire une banque plus à l’écoute de sa clientèle.
  4. Francis M. voudrait que les banques travaillent toujours dans le meilleur intérêt des clients et ne fassent du bénéfice que sur la partie de profits obtenue par le déposant. Pas avec des frais de toutes sortes.
  5. Isabelle F. considère que la banque de ses rêves doit débuter sa relation d’affaires en aidant les gens à faire leur budget, afin qu’ils puissent prendre de meilleures décisions.
  6. Alain L. aimerait voir une institution qui vise la profitabilité de ses clients et non l’inverse.
  7. Mathieu C. trouve qu’au niveau des placements, il faudrait que les frais soient reliés aux profits générés. Il n’y a pas de problème à payer plus de frais, si les gains sont plus élevés. Mais s’il y a des pertes ou une faible croissance, il doit y avoir une forme de remboursement et de partage de responsabilité financière.
  8. Claude T. verrait bien une forme de plafond de profits pour les banques. Les excédents devraient obligatoirement être retournés aux clients.
  9. Michel T. imagine une banque qui aiderait les jeunes à réaliser leurs rêves en les conseillant sans les égorger.
  10. Patrick B. croit que ce sont les objectifs qu’il faut changer si on veut voir le système bancaire se transformer. Au lieu d’avoir des objectifs financiers, les banques devraient avoir des cibles de services et de satisfaction de la clientèle
  11. Caïus U. voudrait voir les banques encourager l’épargne, même des moins nantis. Cela passerait par des versements d’intérêt adéquats, peu importe le montant confié.
  12. Laurier P. considère que la formation du personnel peut être améliorée. Il aimerait aussi que les salaires et bonis des cadres supérieurs soient plus raisonnables et coordonnés avec les intérêts des clients et non sur les ventes de produits.
  13. Jean-Francois S. en assez des mensonges. Il veut que les bénéfices réels obtenus sur les frais soient divulgués.
  14. Sandro M. désire voir un jour des prêts hypothécaires dont les versements de capital soient supérieurs les premières années.
  15. Patrick G. imagine sa banque de rêve comme une institution qui paiera sa juste part d’impôt, qui traitera tous ses clients de manière équitable et qui évaluera l’endettement de manière plus réaliste.
  16. Mario C. ne veut plus voir de frais de service pour déposer ou retirer ses capitaux.
  17. Marie-A. L juge que la banque de ses rêves sera une banque nationalisée où les frais de transactions et les revenus de placements viendraient enrichir l’état.
  18. MissPointless rêve d’une institution qui n’essaie pas de lui vendre des produits, mais veut la conseiller pour vrai.

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *